C’est Yamoussoukro, capitale politique de la Côte d’Ivoire qui a abrité recensement, l’organisation du Dialogue Fraternel Anouanzè. Une initiative de l’association des scouts catholiques de Côte d’Ivoire (ASCCI) en collaboration avec les scouts et guides de France (SGDF). Cette rencontre internationale a réuni plus de 100 participants venus de 20 pays qui partagent la langue française. ce sont la Belgique, la Suisse, le France, et plusieurs pays africains exceptés quelques pays anglophones et hispanophones. Cet événement s’est voulu une vitrine sur la Côte d’Ivoire, à travers ses associations scouts de jeunesse qui œuvrent au quotidien grâce à leur programme informel découlant de l’organisation mondiale du Mouvement scout (OMMS), au développement intégral du personnel du jeune, afin qu’il devienne un individu autonome et solidaire, responsable et engagé, un membre à part entière de sa communauté. Trois principales activés étaient au centre de ce Dialogue fraternel. Il s’agit du stage international de formation (STIF) communément appelé formation des formateurs qui se tient pour la première fois en terre africaine, de la rencontre inter-religieuse axée sur le scoutisme dans l’ensemble des religions et le dialogue pour la paix pour la promotion du dialogue interculturel et religieux. Pour René-Tardy Kouassi, commissaire national des scouts catholique de Côte d’Ivoire ce rendez-vous vise donc à culture de la paix à travers le dialogue mais surtout à l’atteinte des objectifs de 2023. ” Nous sommes dans un monde où il y a beaucoup de conflits. Et les conflits sont inhérents aux sociétés et toutes les organisations. Nous avons pensé qu’il était important, lorsque deux personnes s’asseyaient autour d’une table et qu’ils commencent à dialoguer fraternellement il n’y a pas de problème de guerre. Dialoguer fraternellement en réalité va permettre que chacun soit acteur de paix pour créer un environnement de paix social” a indiqué le premier responsable des scouts catholiques de Côte d’Ivoire avant d’ajouter ” tous ces programmes s’inscrivent dans un programme mondial dénommé Programme 2023 qui stipule qu’il doit avoir 100.000.000 de scouts à travers le monde d’ici 2023, et que le scoutisme doit se positionner comme le mouvement majeur sur la terre de jeunesse” s’est-il promis. Elise Drauet, commissaire international des scouts et guides de France (SGDF) s’est pour sa part réjouie de l’organisation de cet événement pour la première fois en Afrique et a souhaité que cela se tienne à nouveau dans d’autres pays africains. Il est bon de rappeler que le mouvement scout dans le monde ce sont plus de 50 millions de jeunes formés à la culture des valeurs de paix et de vrais citoyens dans la sociétés.
                   T.K.Emile
       Correspondant Régional