Depuis les dernières grandes vacances, la réconciliation est devenue comme un slogan à la mode au FPI. Pascal Affi N’guessan a même sursis au Congrès ordinaire qu’il proposait d’organiser en août pour cet objectif.
Eh! bien, un évènement malheureux, moment de retrouvailles, allait permettre de juger des efforts de construction des bases pour un retour à la normalité et à la paix dans l’ex-parti au pouvoir.
Le 10 août, Michel Guédé Zadi, membre influent du FPI, est décédé. Il a été inhumé ce samedi 21 octobre à Guiberoua. Sur son cercueil, le drapeau du parti et une fleur sur laquelle on pouvait lire: “Gbagbo et le FPI te disent Merci”.
Mais à cette occasion, le mot d’ordre de réunification a été vain. Le comportement observé a été celui de la division.
À l’instar du RHDP (coalition au pouvoir) où chacun des cinq partis a refusé de perdre leur identité, les deux tendances rivales au FPI, jalouses de leur autonomie, semblent pour l’instant imperméables au calumet de la paix.
Alors, Affi et les cadres de son bord ont brillé par leur absence à cette cérémonie funèbre à la différence de Sangaré Abou Drahamane et ses partisans qui ont conduit le membre de leur secrétariat général à sa dernière demeure. Entre dire et faire, il y a loin de la coupe aux lèvres. bally ferro (correspondance particulière)

LEAVE A REPLY