Le ministre de l’Équipement et de l’Entretien routier, Amédé Kouakou, l’a révélé le jeudi 31 janvier 2019. C’était à l’occasion du ” Rendez-vous du gouvernement ” qui a eu pour cadre l’auditorium de la Primature à Abidjan-Plateau.

Pour le ministre Amédé Kouakou, cette décision est prise pour permettre à l’Etat d’avoir des ressources additionnelles pour financer l’entretien des ouvrages qui sont réalisés. ” Le 4e pont sera à péage. Nous avons besoin de ressources pour entretenir les ouvrages que nous construisons. C’est ce qui se fait au Ghana, au Togo et un peu partout dans la sous-région. Dans ces pays, tout comme dans les pays développés, presque toutes les routes sont à péage “, affirme M. Amédé Kouakou. Poursuivant, il a fait savoir que ” la Côte d’Ivoire a beaucoup traîné les pieds sur la question. Mais il est temps qu’elle s’adapte à cette réalité “.

Justement pour l’entretien et la construction des infrastructures routières un financement de 500 milliards de Fcfa sur un budget de 3557 milliards de Fcfa sera dégagé par le gouvernement ivoirien, selon le ministre en charge de l’Equipement. Et d’ici à 2020, l’Etat entend réhabiliter 100% des routes en terre.

Après l’autoroute du Nord et le 3e pont (pont Henri Konan Bédié), le 4 pont à Abidjan est la prochaine infrastructure routière qui sera à péage en Côte d’Ivoire.