Décidément,la décision de la ministre de l’éducation nationale et de l’enseignement technique Kandia Camara au sujet de la lutte contre les fraudeurs en milieu scolaire semble nullement inquiéter certains membres du personnel enseignant dans des établissements publics de la ville de Bouaké.Un cas de tricherie,des plus extraordinaires,nous a été confié par des jeunes élèves,très révoltées en classe de 5 ème au Lycée Moderne de Jeunes Filles de Bouaké.Lycée, rappelons le,dit d’excellence.
À en croire les filles,une de leurs camarade de classe du nom de Ki Aminata,serait l’objet de l’intense tohu-bohu qu’a connu la salle de classe de la 5 ème 2 du Lycée Moderne de Jeunes Filles de Bouaké ce Lundi 28 Mai,pendant les calculs des moyennes annuelles en compagnie de leur PP (professeur principal).
Pour les filles mécontentes,”il est impossible de comprendre que l’élève Ki Aminata qui a eu 9 comme moyenne au premier trimestre et 1 comme moyenne au deuxième trimestre,est comme par baguette magique admise en 4 ème avec une moyenne de 10.Pourtant elle n’était presque jamais là au 3 ème trimestre lors des interrogations et devoirs. Ce n’est pas normal ça” s’indignent les filles.
<<Quand on se plaignait lorsqu’on a dit sa moyenne,elle ose nous narguer en disant que c’est pour nous qui est grave,si elle vient ou ne vient pas à l’école,elle ira en classe supérieure Pian >> .
La ministre de l’éducation nationale et de l’enseignement technique Kandia Camara est interpelée car selon les élèves,leur professeur principal monsieur Zambié Bi et leur éducateur monsieur Coulibaly,seraient de mèche avec les parents de la fille,probablement moyennant quelques choses en retour par rapport à cette faveur qui ne dit pas son nom.
Vivement qu’une enquête soit diligentée pour comprendre réellement l’inquiétude des jeunes filles de la classe de 5 ème 2 de cette année scolaire 2017-2018 du Lycée Moderne de Jeunes Filles de Bouaké sur cette question de fraude.
                        T.K.Émile
             Correspondant Régional