Professeur Camara Moritié faisait parti des animateurs de la conférence organisée par la Cellule d’ Études et de Recherches en Relations Internationales ( CERRI) des étudiants de l’université Alassane Ouattara de Bouaké le Samedi 3 mars 2018  dernier au campus 2 de ladite institution, autour du thème central ” l’immigration clandestine des Africains vers l’Occident”.
 Intervenant sur le sous-thème << contexte général de la déstabilisation de la Libye et  mise en place de réseaux de passeurs>>, Camara Moritié a expliqué aux nombreux étudiants les raisons qui justifient que la Libye soie devenue un pays de passeur d’immigrants clandestins.
<< Au temps de Khadafi, les africains étaient acceptés en Libye parce-que le guide libyen avait son projet d’union africaine. Il avait largement ouvert ses portes aux africains noirs qui venaient  en Libye travailler.Mais depuis la mort de Khadafi, ceux qui l’ont tué et ceux qui ont applaudit quand il a été tué sont restés incapables de créer un État en Libye. Nous avons des milices qui gèrent le pays divisé. Quand il n’y a pas d’État, c’est l’anarchie, le désordre, c’est l’économie parallèle qui se développe. Voilà comment l’immigration clandestine a comme lieu de transite la Libye>>, a expliqué professeur Moritié Camara.
Pour freiner ce phénomène de l’immigration clandestine, il faut selon Camara Moritié ”s’attaquer aux problèmes comme la famine, la pauvreté, la guerre à la source, en créant des conditions favorables  de vie dans les pays africains” a -t-il proposé.
 Silué Nahou  Karim,président de la CERRI a mentionné que cette conférence sur l’immigration clandestine  marque le point de départ de leur programme d’activités.
Pour rappel, la CERRI  est née le 11 juillet 2017 et a pour objectifs l’entraide dans les activités académiques et des travaux de recherches.Mais également l’organisation  des ateliers de formations, des séminaires et des conférences sur les grandes questions des relations internationales et permettre à ses  membres de bénéficier d’un suivi accru des activités de recherches afin de produire d’excellents travaux.
                                   T.K.Emile
                      Correspondant régional