Les infirmiers et infirmières de Côte d’Ivoire, ont, à travers leur structure dénommée Association des Infirmiers et Infirmières de Côte d’Ivoire “AICI”, ont organisé, une conférence de presse ce Samedi 02 Juin dans le but d’attirer l’attention de l’opinion national et international sur la problématique de la reconnaissance au grade de licence du diplôme d’État d’infirmier.
Pour Ballo Medegué Ousmane,porte parole de l’AICI,trois recommandations sont impérativement à prendre très au sérieux;la reconnaissance au grade de licence des trois années de formation de base à l’INFAS,la révision du statut de l’INFAS en le mettant en conformité avec le règlement en matière d’enseignement supérieur et pour finir le rattachement de l’INFAS au ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique.
<<Nous voulons attirer l’attention de la population ainsi que celle des autorités à travers cette conférence de presse que nous avons organisé car c’est une injustice qui a été faite aux infirmiers et infirmières de Côte d’Ivoire>> déclare le porte parole Ballo Ousmane.
Pour poursuivre,il ajoute que parler de système LMD à l’INFAS revient à reconnaître de façon implicite que l’INFAS est un établissement d’enseignement supérieur et par ailleurs, 85℅ des infirmiers viennent de l’INFAS.
Les infirmiers ont toutefois souligné qu’avec un enseignement supérieur, la qualité des soins sera de haut niveau.
tandis qu’avec les infirmiers et infirmières précaires, les malades iront sans nul doute au cimetière.
Les autorités compétentes devraient jeter un regard sur cette situation evoquée par l’AICI  qui met en mal la perspicacité des agents de santé dans leurs différentes interventions.
                                            T.K.Emile
                                Correspondant Régional