La question perturbe les habitants de la région de Gbêkê. Comment comprendre qu’un présumé violeur d’une fillette de 11 ans soie toujours en liberté ?
L’information fait rage à Bouaké,précisément au quartier Dar-Es-Salam- Sakabo. Et pourtant le présumé violeur, Traoré Yaya, mécanicien moto, âgé de plus de 40 ans, marié et père de plusieurs enfants,  est en liberté et vaque tranquillement à ses occupations. Selon des informations reçues, tout commence le vendredi 15 juin 2018. Comme à ses habitudes, le sieur Traoré Yaya qui habite dans une cours commune au quartier Dar-Es-Salam-Sakabo, se rend dans les toilettes pour un besoin pressant, en tout cas, c’est ce qu’il fait croire aux autres habitants de la cours commune. Il était pratiquement 22 heures, selon notre source. Mais en réalité, Traoré Yaya avait un rendez-vous avec la petite F.S. âgée seulement de 11 ans et élève en classe de CM2.Toujours aux dires de notre interlocuteur, Selon, il y a longtemps que l’adulte rencontrait la gamine en ces lieux pour des ébats sexuels. Contre toute attente pour lui, ce jour là, les choses vont mal se passer. Quelque temps après que Traoré Yaya se soit enfermé dans ces toilettes avec la gamine, un autre habitant de la cours commune,du nom de L. C., pris également d’une envie soudaine de se soulager, se rend dans les toilettes. Quand il frappe à la  porte, c’est Traoré Yaya qui répond d’une voix roque pour dire que les toilettes sont occupés. L. C. prend son mal en patience et attend devant. Quelque instant après, à la grande surprise de L. C., c’est l’écolière qui sort des toilettes. Surpris par la vue de la gamine, alors que c’est la voix roque d’un homme qu’il venait d’entendre à l’instant, le jeune L.C. se dirige à grandes enjambées vers les toilettes pour voir de ses propres yeux ce qu’il en est réellement. Et c’est là qu’il surprend Traoré Yaya entrain d’escalader la clôture des toilettes pour essayer de s’échapper par l’arrière cours. Interrogé sur sa présence dans les toilettes avec la gamine, il se confond en excuses et prétend qu’il ne s’est rien passé entre eux. N’étant pas convaincu du raisonnement de cet homme suspect, le lendemain matin, L. C. informe les parents de la gamine. Pressée de questions, elle aurait avoué avoir eu des relations sexuels avec Traoré Yaya depuis bientôt un an, donc depuis l’âge de 10 ans. La mère de la gamine est effondrée par cette nouvelle. Quelques jours après, soutient toujours notre informateur, faute d’un arrangement à l’amiable, la famille de F. S. porte plainte contre Traoré Yaya à la brigade de recherche de la gendarmerie nationale à Bouaké. Les autorités judiciaires sont également saisies. Mieux, la famille aurait soumis la petite F. S. a un examen médical. Et le certificat médical qui a été délivré par le spécialiste atteste que la gamine a perdu sa virginité depuis belle lurette et qu’elle a déjà eu plusieurs rapports sexuels. Ce document et certains témoignages, ne plaidants surtout pas en faveur du présumé violeur, auraient également été versés dans le dossier, à en croire notre source qui affirme que Traoré Yaya voyant l’allure que prenait cette histoire, a décidé de faire appelle à certaines personnes afin qu’elles puissent intervenir auprès des parents de l’écolière pour retirer leur plainte. Peine perdue. Malgré cela, Traoré Yaya qui serait toujours en liberté, un mois après, passe son temps à narguer les parents de sa supposée victime.
                                            T.K.Emile
                              Correspondant Régional