Avec plus de 11.000.00 de tonnes, les produits vivriers viennent en tête de toutes les productions agricoles en cote d’ivoire, avec un chiffre d’affaire de plus de 800 milliards de francs CFA, soit au moins 8 % du PIB.

Malgré les flous et autres  filous, des cultures vivrières occupent  plus de 2400.000  hectares cultivés par an et plus de 2300.000 actifs agricoles, majoritairement féminins.

A l’époque, l’intervention de l’Etat dans ce secteur s’est concrétisée par la création de sociétés d’états telles : la sodefel, sodepalm, soderiz etc, avec la chaine Agripac crée en 1972 et l’occupa en 1977 par l’ocpa, des stratégies de commercialisation ont été mises en place. Aujourd’hui, l’état s’est engagé de la distribution alimentaire. Laissant place aux opérateurs économiques privées pour assurer le relève. Les contraintes résident dans le mécanisme réglementaires et le fonctionnement du transport routier de marchandises, dans les problèmes de surcroit et la non rationalisation des circuits dans l’insuffisance des moyens de transport au niveau le plus bas de la hiérarchie du système  de transport et du marchés en milieu rural.

Dés lors, l’état de cote d’ivoire doit s’engager à maitrise ce système juteux pour faciliter le cout de vie  de la population.

LEAVE A REPLY